Opinion article: Are Schools Gender-Biased?

Dans cet article, je veux discuter du rôle que joue le genre dans l’arène scolaire. Il est fréquent de ne regarder que les obstacles auxquels les filles doivent faire face à l’école en raison de la prédominance de l’hétéronormativité dans cet environnement; Néanmoins, je veux aussi me concentrer sur les barrières que les garçons doivent […]

Dans cet article, je veux discuter du rôle que joue le genre dans l’arène scolaire. Il est fréquent de ne regarder que les obstacles auxquels les filles doivent faire face à l’école en raison de la prédominance de l’hétéronormativité dans cet environnement; Néanmoins, je veux aussi me concentrer sur les barrières que les garçons doivent surmonter pour maintenir un comportement masculin s’ils veulent être acceptés. En effet, pour certains hommes qui affichent des attitudes généralement associées aux filles, il peut être difficile d’intégrer l’étiquette établie par l’idée commune de masculinité que l’école tend à imposer.

Tout d’abord, je pense qu’il est important de donner une définition au mot «genre» et de le distinguer du mot «sexe». D’une part, le sexe est le critère biologique, généralement accepté, à travers lequel nous identifions quelqu’un comme un homme ou une femme à sa naissance. Habituellement, les personnes sont classées dans une catégorie de sexe en fonction de leurs critères de sexe, mais il est possible que les deux ne coïncident pas. D’autre part, le genre est la conduite que nous maintenons dans la vie de tous les jours avec des activités, des conceptions normatives et des attitudes préventives appropriées à la catégorie de sexe. La conception du genre est souvent liée à la notion de sexe, et les différences biologiques sont donc associées à des attentes différentes de comportement entre la femme et l’homme. Ces différences ne sont pas essentielles mais elles sont construites par la société.

L’inégalité dans l’éducation est causée par l’hypothèse que ces distinctions sont naturelles et dépendent de la manière dont elles sont gérées. Cependant, ce n’est pas seulement une question de répartition de la justice entre les élèves, mais aussi de pouvoir, de culture, d’opportunités et de gains matériels.

Un type d’école dans lequel les différences dans l’éducation des garçons et des filles sont plus soulignés est l’école non mixte. Dans ce modèle d’éducation, il n’y a pas de possibilité de communication entre garçons et filles ou de chance de travailler ensemble. Le danger en ceci est qu’ils pourraient aboutir à la promotion du sexisme parce que lorsque les hommes et les femmes sont enseignés dans un environnement différent, ils pourraient arriver à la conclusion qu’un sexe est meilleur qu’un autre. Au lieu de cela, la coéducation conduit à un nombre plus important d’expériences pour les étudiants qui peuvent interagir les uns avec les autres et ainsi acquérir une meilleure connaissance des relations sociales.

L’Irlande est le pays d’Europe qui compte le plus grand nombre d’institutions non mixtes. En fait, 42% des étudiants de deuxième cycle y assistent, et la majorité d’entre eux sont des filles. Ce phénomène des institutions ségréguées selon le genre peut être compris à travers une perspective historique, car au XIXe siècle, de nombreuses dénominations sont nées et ont établi ce modèle d’écoles à travers l’Irlande selon le mode de pensée catholique traditionnel.

Certaines féministes ont déclaré que les écoles non mixtes pour les filles sont positives parce que les filles apprennent plus vite que les garçons et que la coéducation pourrait avoir un impact négatif sur la participation et les résultats scolaires des filles. C’est, comme je l’ai déjà mentionné, au cours du XIXe siècle, que ce type d’écoles a été mis en place, répandant la vision catholique traditionnelle des filles comme docile, innocente, polie et «bon goût». Cette influence catholique est toujours présente dans la plupart des écoles de filles modernes et les valeurs telles que la gentillesse et la docilité sont toujours partagées en tant que modèle de conduite.

Dans certaines enquêtes menées dans quatre types différents d’écoles en Irlande, il a été démontré qu’il existait certainement des différences entre les écoles de ces filles en ce qui concerne leur histoire et leurs traditions; En effet, ils étaient tous caractérisés par un contrôle et une surveillance rigoureux du comportement et de l’orientation scolaire dans les domaines social et de bienveillance.

La plupart des filles interrogées se sont plaintes de la limitation de la liberté de leur corps et de l’invasion de la vie privée causée par ces règles. Les enseignants étaient conscients de la résistance des élèves à ces règles, mais en général, ils ne les prenaient pas au sérieux. Au sein de la classe, les enseignants construisaient généralement un climat très stressant, exerçant beaucoup de pression pour obtenir de meilleurs résultats. Le niveau de perturbation était également faible en classe, et les filles devaient travailler dur.

In contrast, the values of single-sex boys’ schools are opposite and focus on strength, agility and power, and they especially applied in the sports activities. Differences are also shown in the extra-curricular activities of these schools and change for boys and girls. Music and arts are considered traditionally more important in girl’s schools while sports are more valued in boy’s schools.

The predominance of “laddish” behaviours in school could also be a hindrance to school performance for some students because they can use it as an excuse for their failure in exams and to show off the fact that they possess the hegemonic characteristics of masculinity. One explanation of this conduct, stated by Jackson, is the self-worth protection theory; which describes this department as a shield from the consequences of a lack of ability and from the implications of being accounted as “feminine”. In fact, creating an excuse for failure allows you to avoid being labelled as “stupid”. Ultimately being a “lad” is associated with doing With not doing feminine ascribed things, hanging out with mates and not working hard, which would ruin the “laddish” image.

Gender differences and also influences the choice of subjects. For example, it is typical for only boys to be suitable for technological subjects and there is a strong differentiation between the number of males and females that decide to take them up. Even where schools reinforce such stereotypes, some girls contest these labels and decide to undertake careers in the STEM (Science, Technology, Engineering, and Math). The low representation of girls in technological subjects could be an obstacle to them with the entrance into the job world, because they will lack the particular skills that could be relevant for some specific tasks. The school context has a significant role in the selection of subjects: school may provide specific subjects or not, may frame the choice in a particular area in a “gendered” manner, and the daily interaction between students and teachers, who give a guideline to their pupils, may also influence subject choices. For instance, girls’ schools are less likely to provide technological subjects and offer more choices in humanities.

In conclusion, I think that Kimmel’s statement: “Schools are like old-fashioned factories, and what they produce is gendered individuals, perfectly summarizes the general idea of the heteronormative school environment. Schools, thus appeared to reinforce gender stereotypes instead of promoting the equality among genders and a culture of non-discrimination based on sexual orientation differences. This is the framework in which the students spend most of their time, in which they start interacting with each other and build their identity. The education system is put in charge of the formation of the mentality of future women and men, therefore they should help students in reflecting around the stereotypes created by society and breaking through the barriers created by those labels. Unluckily, it seems that they still work the opposite way, ignoring the existence of these differences, doing little to help the students to understand themselves and reinforcing the strong division between males and females and the stereotypes correlated to them.

You may also like

0 comments

Leave a Reply